Archives de
Catégorie : Pellicule

Archives et IA

Archives et IA

Il y a des milliards de photos et de pictogrammes. Chaque film sur pellicule est une série de 24 images par seconde sur un négatif argentique. La quantité de documents photographiques existants aujourd’hui dans la mémoire numérique mondiale est faramineuse. Que ce soit en JPEG, en TIFF, en DPX ou en raw. Un des problèmes auxquels nous sommes tous confrontés est le classement. Comment retrouver la photo ou l’image que nous cherchons. C’est un problème crucial pour les gestionnaires de…

Lire la suite Lire la suite

Archives film vs archives vidéo

Archives film vs archives vidéo

Le support film est un support difficile à manipuler, dans l’obscurité totale tant qu’il n’a pas été chimiquement développé. Il est onéreux, il s’agit de grains d’argent photosensibles appliqués sur un support d’acétate de cellulose. L’image n’est pas visible immédiatement, il faut d’abord faire réagir la pellicule avec différent produits chimiques (révélateur, fixateur, blanchiment) pour obtenir un négatif stabilisé qui n’est plus photosensible et qui peut-être tiré sur une pellicule positive pour être projeté. Ce processus est long, aléatoire (les…

Lire la suite Lire la suite

Numérisation, sauvegarde et pérennité : briser le lien entre contenant et contenu ?

Numérisation, sauvegarde et pérennité : briser le lien entre contenant et contenu ?

Un amalgame est souvent fait lorsque l’on parle de numérique entre le contenant et le contenu. Dans le cas de l’analogique, du film sur pellicule, le contenant et le contenu ne font qu’un. Le contenant est la pellicule elle-même, positive ou négative, sur laquelle le récit filmé est inscrit. Le récit filmé étant le contenu. On ne peut séparer l’un de l’autre. En général, il existe quelques copies mais elles proviennent toutes d’un même négatif, et la perte de qualité…

Lire la suite Lire la suite

Le Syndrome du Vinaigre

Le Syndrome du Vinaigre

Sous ce titre un peu inquiétant se cache un phénomène très courant dans le traitement des archives sur pellicule film, et des films « âgés » de façon plus générale. Ce n’est pas la seule dégradation que la pellicule puisse subir avec le temps, mais dans le cas des films « modernes », c’est certainement la plus fréquente. Par films modernes, j’entends les films dont le support est le tri acétate de cellulose qui a remplacé à partir de la fin des années quarante…

Lire la suite Lire la suite

Archivage et Pellicule

Archivage et Pellicule

Un débat anime le petit monde de la post production cinématographique depuis quelques années. Comment archiver un long métrage ? Je ne parlerai pas ici de contenu (que faut-il archiver, les rushes et/ou les masters) mais bien de contenant. Tous les films de cinéma existent aujourd’hui en version numérique nécessaire à la fabrication des DCP diffusés en salle. Rien ne s’oppose donc à la sauvegarde sous forme numérique de ces fichiers. Et c’est ici qu’apparaît le cœur du débat. Les…

Lire la suite Lire la suite

Le mouvement s’accélère

Le mouvement s’accélère

Comme je l’abordais dans le post précédent, la disparition du film est un processus en constante accélération. Aujourd’hui on apprend que Fuji arrêtera la production de pellicule film, négative et positive, au printemps 2013. Avec Kodak en cours de liquidation aux Etats-Unis, ce sont les deux principaux fournisseurs argentiques qui stoppent leurs activités dans ce domaine. Et bientôt le choix de tourner en 16 ou en 35mm risque de ne plus exister, à moins de recourir à de petits fabricants…

Lire la suite Lire la suite