Il faut se méfier de Google

J’utilise Google search depuis très longtemps.

Après des années de bons et loyaux services, j’ai vu Google changer. J’ai d’abord vu apparaître les “résultats achetés” qui étaient une forme de publicité qui permettait à l’annonceur de faire apparaître son site comme le premier résultat d’une recherche, quelle qu’elle soit.

Vous travaillez pour Mercedes et vous achetez le résultat en première ligne pour toute recherche de “belles voitures BMW ou Audi” ou une quelconque association de ces termes.

Vous qui hésitez entre une Audi et une BMW, il n’est pas certain que si vous tapez “belles voitures BMW ou Audi” dans Google, vous souhaitiez voir une Mercedes (il s’agit d’un exemple, inutile d’essayer il ne fonctionne pas).

Dans le chef de Google, c’est évidemment contestable pour un moteur de recherche de vendre des faux résultats, mais à l’origine ils étaient clairement identifiés. L’utilisateur voyait qu’il s’agissait de publicités ciblées, et que les résultats réels étaient plus bas. Ces derniers temps, cette différence entre résultats potentiellement faux et vendus aux annonceurs et résultats “honnêtes” issus de l’algorithme de Google me semble s’estomper chaque jour un peu plus.


Google a pris un pouvoir énorme. Il s’est placé entre nous et l’information. Et il me semble prêt à devenir le premier propagateur de fake News, pour autant qu’on lui en paye l’emplacement.

Quelle est la raison d’être d’une société commerciale ?

Je suis actuellement dans le processus de création d’une société. Ce n’est pas la première fois que cela m’arrive, et comme chaque fois cela alimente beaucoup ma réflexion. Et quel meilleur outil que l’écriture et le partage pour clarifier ses idées. Je cherche donc mes réponses à cette question fondamentale: A quoi doit servir une entreprise, une société commerciale ?

  • En premier lieu, je pense qu’elle doit répondre à un besoin. On peut discuter longuement de la différence entre le besoin et l’envie. Mais ce qui me semble sûr, c’est que le besoin ne peut être créé par l’entreprise elle-même au moyen de la publicité. Créer de toute pièce un besoin auquel on répondra soi-même est intrinsèquement malhonnête. Cela ne fait pour moi pas de doute. Cependant, dans une démarche de partage des connaissances, l’entreprise peut révéler un besoin qui n’était pas conscient ou connu du du public. La réponse à un besoin est le précepte de base qui doit guider toutes les actions de l’entreprise. Par chacune de ses actions, elle doit répondre à une demande de la population, de sa clientèle ou de ses employés (par employés j’entends également les cadres et les ouvriers, mais pas les actionnaires).
  • Ensuite, l’entreprise commerciale a un rôle très important dans le partage des richesses. De par la rémunération de ses employés, elle est un acteur fondamental de la juste répartition des moyens financiers. Je crois qu’elle doit payer ses employés le plus possible. Et ils doivent être payés en fonction des facteurs suivants. La quantité du produit (travail x attention) fournie par le travailleur, ses capacités propres (expérience, études), l’importance qu’il représente pour l’entreprise et enfin ses responsabilités et investissements dans l’enrichissement des connaissances de l’entreprise. Mais, n’en déplaise à l’ancien directeur de Renault/Nissan et ses aficionados, ils ne doivent pas être payés proportionnellement au chiffre d’affaire ou au bénéfice qu’ils font faire à la société. Et quand j’écris “ils font faire” je devrais écrire “ils croient faire faire” car cette concentration extrême d’une réussite commerciale sur une seule personne est évidemment fausse et artificielle. Entretenue par celui qui a tout à y gagner.
  • En troisième lieu, mais cela devrait peut-être se situer plus haut, il y a l’accomplissement personnel des employés. L’entreprise doit donner à l’individu qui lui consacre du temps, du travail et de l’attention la possibilité de se réaliser et de réaliser ses ambitions. Lui donner de la valeur par la valeur qu’il donne lui même à l’entreprise.  L’entreprise est fière de ses employés, et eux-mêmes sont fiers de l’entreprise. La charte des valeurs de l’entreprise est claire et connue de tous. Toutes les actions sont menées dans la transparence. Les employés sont écoutés et entendus par l’encadrement. La communication est constante et claire.
  • Enfin, la société commerciale doit remplir ses obligations civiles et légales. Rémunérer le capital investi de façon juste et honnête. Ni plus, ni moins. Et proportionnellement à la rémunération du travail. Payer ses impôts pour participer aux dépenses de l’état dont la société profite au premier chef et indirectement. Participer activement à la vie sociale, culturelle et économique de la cité. Et montrer l’exemple. Être honnête, éclairée, bienveillante et généreuse. Aujourd’hui la seule richesse qui compte est la connaissance. Et la connaissance, on peut la partager sans en avoir moins. Celle qu’on a acquise, plus on la diffuse, moins on a de chance de la perdre.

C’est évidemment utopique, j’en conviens. Mais les utopies sont les moteurs indispensables du développement positif.

La Nouvelle Économie se transforme: Indeed invente le Loose-Loose

J’ai récemment, pour une de mes activités, du rechercher un chauffeur devant faire au minimum un aller-retour par semaine entre Bruxelles et Liège. Ayant expérimenté à la Sonuma des opérations de recrutement avec plus de 100 candidatures auxquelles il m’est déontologiquement impossible de ne pas répondre; même si le candidat ne répond à aucune des conditions décrites, je voulais limiter au maximum les candidatures. J’ai donc utilisé les services de la société INDEED (basée, par hasard, en Irlande) et qui propose gratuitement un service aux entreprises permettant, annoncent-ils, de limiter les candidatures. A 10 dans mon cas, en retirant l’annonce dès que 10 candidats ont répondu. Les candidats devant prendre une adresse mail sur le site pour pouvoir répondre, il est facile de les compter. Voici une des 370 réponses que j’ai adressées à des candidats non retenus depuis que j’ai posté mon annonce le jeudi 10 dans la soirée. Merci pour votre intérêt pour mon annonce. Celui ci me touche et me désole un peu car je dois vous répondre par la négative. En effet, dès la parution de mon annonce que j’ai postée jeudi dernier tard dans la soirée, j’ai reçu une quantité inimaginable de réponses. C’est d’autant plus désolant que j’avais expressément spécifié à Indeed que je ne désirais que les dix premières réponses. Ce qui est un service qu’INDEED prétend offrir. Elles m’auraient certainement permis de faire mon choix. Et je n’aurais pas dû décevoir des demandeurs d’emploi qui, j’imagine, ont des choses plus utiles à faire que de postuler pour un emploi qui n’est déjà plus vacant. J’avais également indiqué que l’anglais était totalement indispensable. Alors que l’annonce fut postéejeudi soir, je continue à recevoir une semaine plus tard plusieurs mails par heure. J’ai déjà du purger complètement ma boîte mail qui avait fait planter tout mon ordinateur. Je dois avoir reçu actuellement trois cents septante lettres de motivation. Dont les trois quart proviennent de candidats qui ne parlent pas anglais. Le service gratuit de Indeed est donc très mauvais pour l’employeur que je suis, bien que gratuit. C’est certainement la dernière fois que je fais appel à eux. Si on y regarde de plus près, on voit que Indeed, offrant des services gratuits, vit de la publicité présente sur son site. Son SEUL et UNIQUE intérêt est l’augmentation constante du trafic. Que les chercheurs d’emploi trouvent du travail sera même pour eux une source de perte de revenu. Il faut qu’ils restent captifs le plus longtemps. Comme les électeurs du PS doivent restés assistés. Et l’employeur qui a les moyens de payer pour un service de qualité se verra proposer un service gratuit afin qu’il ne puisse pas se plaindre de la piètre prestation qu’il reçoit. Et pourtant si j’avais su, j’aurais préféré payer pour un meilleur service que de passer tout mon week-end à écrire à des candidats auxquels je fais parfois de la peine.On a ici l’exemple même d’un système libéral devenu fou qui profite d’une masse de demandeurs d’emploi aux abois en leur “offrant” un service inefficace qui devrait être payé par des clients qui ont évidemment les moyens de payer. Ce sont des sociétés comme INDEED qui, face à l’ignorance ou avec la bénédiction d’un état qui n’exerce plus le contrôle minimum qu’on serait en droit d’attendre de lui, creusent chaque jour le fossé entre les riches et les moins aisés. On fait payer aux “pauvres” par leur temps disponible sur un site qui affiche des publicités pour des produits hors de leurs moyens ce qu’on offrent à des gens qui souvent préfèreraient payer un service qui n’en est pas un. C’est contre ce système que les gilets jaunes devraient se battre. Les affameurs des temps modernes, ce sont les profiteurs des situations de désarroi qui, grâce à la publicité non ciblée donc idiote et avec la complicité passive de l’état, lorsque ce n’est pas avec son aide, essaient éternellement de privatiser les bénéfices et de mutualiser les pertes dans une société au bord de l’effondrement.Je regrette de vous avoir donné involontairement de faux espoirs. Sachez que le candidat retenu est évidemment sur-qualifié . Il est trilingue et affiche deux ou trois fois plus que les diplômes requis. Je vous souhaite bon courage et bonne chance.