Sélectionner une page

Comme je l’abordais dans le post précédent, la disparition du film est un processus en constante accélération. Aujourd’hui on apprend que Fuji arrêtera la production de pellicule film, négative et positive, au printemps 2013. Avec Kodak en cours de liquidation aux Etats-Unis, ce sont les deux principaux fournisseurs argentiques qui stoppent leurs activités dans ce domaine.

Et bientôt le choix de tourner en 16 ou en 35mm risque de ne plus exister, à moins de recourir à de petits fabricants qui opéreront des chaînes artisanales et dont le prix des produits risque d’être nettement supérieur à celui constaté actuellement.

La numérisation des salles a donc accéléré de façon drastique la disparition de la pellicule film. Avec l’abandon progressif des magnétoscopes au profit du stockage sur disque dur, c’est tout un pan technologique de notre profession qui subit une mutation beaucoup plus rapide que certains ne l’avaient prévue.

Genval, le 27 septembre 2012

Share This